L’axe des Nœuds lunaires Scorpion-Taureau : Solve et coagula

À la veille d’une puissante Pleine Lune et éclipse lunaire totale dans l’axe Scorpion-Taureau, le moment semble opportun pour se pencher plus en profondeur sur la dynamique des Nœuds lunaires dans ces deux signes fixes. Un point a déjà été abordé dans l’article Un des messages du Nœud Nord en Taureau, qui fait l’éloge de la lenteur pour ce transit. Mais cet axe Scorpion-Taureau nous interpelle avant tout sur nos capacités et besoins de transformation et comment les incarner dans la matière. Un regard sur les maisons astrologiques de votre thème natal concernées par ce transit vous aidera à préciser les enjeux de ce processus d’ombre et de lumière.

Une période de purification du Karma

Avec le Nœud Sud en Scorpion, nous faisons l’expérience de remontées karmiques fulgurantes. L’heure, et cette heure de 18 mois a débuté en janvier 2022 est, sur les plans collectifs et individuels, à la remontée de nos blessures, à tout ce qui n’est pas authentique en nous et que l’ego manifestait par habitude et par protection. L’ombre remonte, nos peurs, notre boue intérieure sort de nous de manière assez virulente, non formée. C’est donc chaotique, cela semble nous dépasser et cette difformité ou non-forme rend l’appréhension de cette ombre encore moins palpable. Pourtant le corps parle, il somatise si nous refusons le travail de guérison, de conscience. Uranus dans le Taureau rend tout ce travail impétueux et nous invite à trouver une manière totalement individuelle et originale dans la purification de nos ombres.

Il y a donc une nécessité pressante avec ce Nœud Nord en Taureau à donner de la forme, à trouver une harmonie dans l’expression de toutes ces mémoires résiduelles. C’est un défi de tous les jours car nous sommes pour la plupart déstabilisés par tout le travail en cours, parfois submergés. Nous faisons le yoyo émotionnel et avons parfois l’impression d’être la marionnette de nous-même. C’est pour mieux mettre en avant la distance en le soi et l’ego. C’est l’ego le marionnettiste et la marionnette, c’est lui le bourreau comme la victime.

Dissoudre et rassembler

Solve et Coagula en latin, est un principe alchimique connu pour la transmutation. Dissoudre l’égo en se dépossédant de ce qui ne sert plus à rien, nos masques donc nos blessures, nos vieilles mémoires que nous transportons tel un lourd fardeau… Cela fait peur et peut faire mal aussi. Se déposséder d’une partie de notre ombre c’est se donner l’opportunité de rectifier la matière, de la rendre plus droite et donc d’y laisser passer davantage de lumière. Rassembler dans ce processus, c’est collecter les restes épars de nous-même restant après le travail de purification afin d’aller vers l’unification. Et cette unité crée une nouvelle réalité.

Ce grand nettoyage pour ensuite évoluer dans la matière peut aussi être l’occasion de régressions nous menant à nos vies antérieures. Il sera important de les regarder avec le cœur et non avec l’ego. De ne pas s’identifier à ce qui remonte, de ne pas chercher à posséder car le chemin doit être inverse. On prend connaissance, on accueille, on pose de la conscience sur ce qui se joue. De telles remontées peuvent nous permettre de mieux comprendre nos blessures actuelles et faciliter le processus de guérison.

Il y a dans ce cheminement une nécessité de mort à soi-même pour pouvoir renaître. Exercice délicat qui, de fait, nous fait plonger dans notre intériorité, notre solitude d’être. Nous avons d’ailleurs cette impression de plus en plus présente d’être éloignés des autres, de ne pas les reconnaître parfois. Les egos s’affrontent pour faire ressortir les blessures de chacun. La solitude permet le grand nettoyage pour retisser ensuite un rapport plus harmonieux. Un nouveau rapport à nous-même se dessine et le rapport à l’autre également.

Phénix renaissant de ses cendres

Manifester une nouvelle réalité

Ce transit du Nœud Nord en Taureau est un excellent moment pour demander de l’aide aux invisibles, à nos guides, à la Source comme à l’énergie tellurique. L’accès à ce monde est facilité, disponible. Le portail vers l’au-delà est ouvert et la nature ayant horreur du vide, il est préférable de participer activement en demandant des connexions avec des êtres de lumière plutôt que de laisser la part belle aux parasitages par des entités moins sympathiques. Le Nœud Nord Taureau étant une promesse d’abondance en tout pour celui qui demande avec le cœur et non avec l’ego, nous pouvons voir se matérialiser, s’ancrer dans la matière nos aspirations d’âme et faire l’expérience de cette magie de la vie qui offre si généreusement. Nous devons pour cela sortir de certaines croyances comme le fait d’avoir à souffrir pour gagner sa vie, de devoir travailler le champs dans la violence et la chimie pour obtenir une belle récolte, que nous devons être dans une ascèse hygiéniste pour être en santé… Le Nœud Nord veut nous montrer que la vie est abondance et qu’il est bon de se tourner à l’intérieur de nous et vers plus haut que soi, incorporer la magie pour voir se manifester, s’incarner ce qui est au delà de nos espérances. Et dans tous les domaines. Il ne faudra pas chercher à posséder. L’idée est d’avoir confiance dans le fait que tout vient facilement et harmonieusement, il n’y a donc pas lieu d’être dans la rétention de ce que l’on reçoit. L’énergie de Pluton du Scorpion ne tolèrera pas l’exercice du pouvoir pour le pouvoir mais nous demandera d’accueillir notre puissance interne. Ainsi se manifeste l’abondance.

La voie de l’ancrage

J’ai failli écrire la voix de l’ancrage tellement le chakra de la gorge est lié au Taureau et nous incite à porter attention sur notre voix. Notre voix peut en effet changer, s’harmoniser lors de ce transit pour refléter notre nouvelle réalité, plus proche de nous-même. Suis-je la voix que l’on veut que je sois ou bien ma propre voix ? Que me dit ma voix intérieure ? Suis-je en train de suivre ma propre voix/voie ? Le chant peut être un fabuleux moyen de nettoyer le chakra de la gorge et transmuter les émotions. Une très belle manière de passer du chaotique au beau.

De manière générale, le Taureau nous invite à l’ancrage à la Terre. Et si nous voulons pouvoir vivre au mieux cette période intense de transformation, nous avons tout intérêt à nous ancrer. Et dans le plaisir. Les massages sont juste un exemple mais au final, tout ce qui participe aux soins du corps, de la terre et nous met dans la joie et le plaisir sera efficace. L’ancrage est le moyen par excellence d’être dans l’ici et maintenant. Et l’ici et maintenant, c’est la voie ouverte à tous les possibles.

Le sens du beau et de l’harmonie

Redonner du goût, de la saveur, de la texture à la vie. Créer du beau. Nous pouvons mettre de la conscience sur cette notion d’harmonie en portant attention à toutes les manières de la mettre en œuvre. Que cela soit dans nos pensées, nos avis sur les autres, nos intentions, nos paroles, nos actes même les plus anodins… Nous pouvons aussi nous atteler à rendre notre quotidien plus beau, plus doux, plus à l’image de ce que nous souhaitons qu’il soit. Nous pouvons nous connecter à notre enfant intérieur pour faire ressortir nos véritables besoins de douceur.

Les Arts sont bien sûr privilégiés avec toute cette énergie vénusienne. Créer est un acte d’Amour. La création nous permet de faire du beau tout en nous connectant à l’essence de notre être. Un chemin magique et si puissant au niveau de la guérison vibratoire. Nous pouvons tous exprimer, dans nos individualités, ce qui émane de nous, ce qui cherche à être transmuté et observer la magie de cette création. L’égrégore de Vénus a besoin de ce soin individuel et collectif. À défaut de créer, entourons-nous d’art, écoutons de la musique ! Et pour les amateurs de classique, Mozart est complètement dans l’énergie de Vénus !

Du difforme et du boueux de mes blessures et écueils, je façonne le beau dans ma réalité incarnée. Voici probablement l’essence de ce transit.

La naissance de Vénus (Botticcelli)

Vénus et le féminin sacré

Comment parler du Taureau sans parler de Vénus et du féminin sacré ? Et nous sommes tous concernés. Nous avons tous une Vénus dans notre thème, nous avons tous le signe du Taureau qui s’exprime dans un domaine de vie ou un autre. Nous avons tous des mémoires liées à cette Vénus si endommagée depuis des millénaires. Il y a tout un tas de rendez-vous astrologiques mettant en avant cette nécessité de soigner l’égrégore de Vénus, (comme les aspects Vénus-Chiron ou Vénus-Pluton…) mais ce transit des Nœuds lunaires met véritablement l’accent sur le soin que nous pouvons apporter à la Vénus. Les hommes peuvent cheminer en intégrant leur part de féminin, en s’autorisant la douceur, l’émotion et la création. Afin d’aider au nettoyage des émotions et aider à guérir des blessures, je ne saurais trop conseiller aux femmes la pratique des œufs de jade ou œufs de Yoni. Ils sont véritablement efficaces dans le nettoyage des mémoires anciennes qui résident au creux du corps.

Le féminin sacré, le grand Yin, c’est cette coupe débordante, cette corne d’abondance, le St Graal qui permet de nous unifier. Sans ce processus de guérison, la Kundalini reste dormante, lovée au creux d’un chakra racine chargé qui n’est que dans la survie et non dans la vie.

Isis, Inanna, Ishtar, Aphrodite, Vénus… Connectons-nous à leur puissance pour nous inspirer ce qu’il y a de plus beau en nous ! Et faire jaillir la vie.

Je vous proposerai bientôt un accompagnement personnalisé dans la guérison du féminin sacré avec l’astrologie karmique associée aux huiles essentielles.

En attendant, je vous souhaite, belles âmes, un merveilleux voyages vers ce Nœud Nord en Taureau qui, bien qu’éprouvant à de nombreux points de vue, n’en est pas moins magique !

Vivre l’opposition Vénus-Neptune du thème natal

Ou

Une invitation à redéfinir nos contours pour transcender la voie de l’Amour.

Lorsque deux planètes sont contactées dans leurs champs énergétiques, une interaction se produit entre elles. Et les différents angles formés par ces planètes par rapport à la Terre vont induire des échanges énergétiques différents. On parle en astrologie d’aspects. Vous avez sûrement déjà en tenue parler de conjonctions, de carrés, de trigones. Chaque aspect va appeler une vibration spécifique entre les planètes et ce qu’elles vont restituer de cette dynamique se vivra de différentes manières.

L’énergie de l’opposition

S’il y a un aspect particulièrement intéressant, c’est celui de l’opposition. Deux astres sont dis opposés lorsqu’ils figurent de part et d’autre de la carte du ciel et forment un angle de 180°.
Les deux astres se font alors face, ils communiquent entre eux dans un esprit de tiraillement à qui aura le dessus. Pour autant, cette mise en lumière de deux énergies est une opportunité de mise en conscience. En effet, le jeu de va et vient entre les deux au fil des expériences de vie va nous pousser à l’intégration de ces deux énergies. Comme si faire le pendule, le balancier entre les deux ne pouvait être un état satisfaisant, il y a nécessité à intégrer une complémentarité, ou encore une voix du milieux. Sortir de la dualité serait donc le voyage proposé par l’opposition. Fusionner le Yin et le Yang afin de créer une troisième voix. Il s’agit donc là d’un acte créateur.

Je souhaite me pencher aujourd’hui sur l’opposition entre Vénus et Neptune. C’est un aspect que l’on retrouve régulièrement dans les thèmes de naissance et qui donne lieu à souvent bien des questionnements sur la manière dont il peut être vécu. Et comme de juste, nous sommes à l’heure actuelle dans cette configuration énergétique éphémère. Vénus n’est en effet pas une planète lente qui forment des aspects durables. Profitons donc de ce moment où ces deux planètes jouent le jeu de l’opposition pour nous imprégner davantage de ce qu’elles nous communiquent.

Symbolique de Vénus

Vénus est l’astre qui nous parle avant tout de notre matière incarnée, notre corps, la manière dont nous le vivons. Et notre rapport à ce qui nous nourrit. Que ce soit la nourriture physique ou tout ce qui pourrait venir nourrir nos sens. Vénus est donc en relation étroite à la sensualité, notre sens du beau, de l’harmonie. En lien également aux arts, ces derniers étant des créations comme des nourritures des sens et de l’âme. Comme nous sommes dans le domaine de la création, nous contactons aussi les informations vibratoire du grand Yin, de la femme, du féminin sacré. Et la création nous relie tout autant à l’Amour et la manière dont nous aimons le vivre.

Symbolique de Neptune

Planète lointaine du système solaire, Neptune est très lente à faire le tour de notre étoile. Quasiment 165 ans. Lorsqu’elle transite dans un des douze signes du zodiaque, elle y passe donc plusieurs années. Sa symbolique nous parle de l’Eau bien sûr. Et lorsque nous regardons une image à travers l’eau, elle est déformée. C’est un peu l’effet de Neptune. Il apporte un flou, une mouvance à laquelle nous ne pouvons pas nous accrocher. Essayez de retenir l’eau entre vos doigts et vous aurez une idée de ce que Neptune procure. Ce flou peut être un flou artistique aussi, car Neptune est source d’inspiration, d’intuition, un tremplin vers le monde onirique. L’eau est conductrice après tout. L’eau nous parle aussi de dilution et de dissolution. C’est une énergie qui met à mal la structure égotique pour la diluer dans le grand Tout. On touche alors à l’universel, à ce qui nous relie dans l’universalité. C’est donc le domaine privilégié de la spiritualité, des formes nobles de l’amour transcendé, cosmique. Bien entendu, Neptune peut aussi nous perdre dans l’illusion, nous pouvons être tellement dissout dans le bain originel que nous nous sentirions coupé de notre capacité d’action, en paresse ou en rêverie permanente. C’est aussi le domaine privilégié des addictions, des drogues et autres supports à la fuite.

Il n’y a pas de planète positive ou négative. Chacune d’entre elles peut se vivre sous ses aspects sombres ou lumineux, avec tous les degrés entre les deux.

L’opposition Vénus Neptune

Lorsque Vénus et Neptune rentrent en contact par une opposition, c’est une sensibilité particulière qui va rentrer en vibration. Bien sûr, il y a quelque chose d’exacerbé au niveau de notre idéal féminin, de la beauté et de l’amour. Il y a un besoin d’harmonie profond, une quête permanente de celle-ci. Les natifs sous cette opposition seront probablement des hyper-sensibles à l’âme artistique tout comme des idéalistes de l’amour. Il y a un appel à transcender le corps, la matière incarnée, pour l’élever à un niveau supérieur, divinisé. Cette opposition suscite souvent un état de grâce, une vision de la beauté que l’on perçoit en tout et en chacun. Si l’âme se sent donc appelée à diviniser la matière, cela peut aussi toucher ce qui la nourrit. Le rapport à la nourriture peut être fluctuant. Tantôt des penchants vers un régime haut vibratoirement, à d’autre moments un goût immodéré pour des aliments nocifs pour le corps.

Car il y a nécessité à ressentir la matière, à l’explorer dans ces états, que ce soit dans le joyeux état de santé vivifiée comme la douleur physique occasionnée par une malbouffe. Le corps cherche à faire l’expérience de la sensation physique car il peine à se définir en tant que lui-même. Sa dissolution dans le bain universel le transcende comme est parfois source d’une profonde angoisse existentielle. Le natif dans cette énergie est en constante recherche de ses propres contours. Il peut porter des vêtements serrés pour lui rappeler les limites de son corps ou nouer ses lacets serrés pour être sûr que là où il marche le sol est solide. À l’inverse, il peut aussi porter des vêtements amples et être en accueil béat de son état presque désincarné. Les allers et venues entre les extrêmes sont autant de tests avec le soi pour faire l’expérience de la matière dans sa diversité de ressentis.

Nous avons mentionné le flou que Neptune peut engendrer sur le corps. Et connaître nos contours, c’est aussi, en miroir, être en mesure d’accueillir notre structure interne, notre axe. Il y a une malléabilité du soi qui peut nous rendre influençable, comme si l’identité propre du corps peinait à se définir.

Les contours du soi nous parlent aussi de notre peau, frontière poreuse entre nous et ce qui nous sépare du monde comme nous relie à celui-ci. La peau, cette zone d’échange, pourra cristalliser bien des passions. Elle peut s’exprimer fortement au travers d’eczéma et psoriasis par exemple. Là où c’est intéressant, c’est que l’eczéma dans sa signification psycho-émotionnelle nous parle d’un désir profond de réduire la distance entre soi et l’être aimé. La peau s’épaissit comme pour s’approcher de l’autre, l’inaccessible qui pourrait combler tous nos besoins affectifs, correspondre à notre idéal. Et cette opposition Vénus Neptune nous parle souvent aussi d’amour vécu à distance, ou de carence affective comme si l’autre était toujours trop loin.

Le corps ne se satisfait jamais assez du contact à l’autre. Il recherche la densité de l’autre pour être sûr qu’il existe, qu’il n’est pas qu’un rêve. Au fond, il ne s’agit que d’une quête effrénée de sa notre propre matière incarnée, une recherche perpétuelle de notre être dans un état de finitude matérialisé. L’amour douloureux trouve alors sa résolution affective dans l’état spiritualisé. La distance d’avec l’être aimé ne doit donc pas forcément se vivre par la géographie. Elle peut aussi être un processus conscient qui lâche prise de notre trop grand besoin de fusion, de densité. Une acceptation de ne plus chercher à posséder mais voir l’autre comme une magnifique poussière d’étoile faisant parti de la musique de la vie. Neptune étant aussi en lien avec la foi, C’est un peu le message que cette opposition pousse à assimiler. Qu’il faut parfois s’en remettre à la foi pour d’un part accueillir l’autre dans son entièreté, hors de nos projections mentales ou de nos blessures émotionnelles, et aussi pour garder la permanence d’une sécurité affective en comprenant que l’autre, parce qu’il existe, parce que nous l’aimons et qu’il est aimé de la Source ne peut finalement pas être perdu. Parce que nous aimons, cela est.

Certains natifs, afin de ne pas s’exposer aux douleurs de l’insécurité affective, vont rejeter l’amour romantique pour se porter uniquement sur l’amour universel. Les attentes sont tellement importantes, les idéaux sont trop puissants et la peur de la déception ou de la désillusion trop prégnantes pour accepter de vivre pleinement concrètement les choses. Il y a une telle peur de se confronter aux peines de cœur que cela peut amener l’individu à transférer l’amour dans son inconditionnalité sur le Vaste. Cela peut donner des élans personnels très généreux, des courants spirituels très bienveillants. Mais la personne n’est pas à l’abri qu’un jour Vénus vienne réclamer son dû d’amour romantique. Il y aura alors nécessité à intégrer cette énergie pour amener l’amour à son octave supérieure. C’est ainsi que l’amour romantique se vivra dans une perception plus vaste autant que profonde.

L’opposition Vénus Neptune peut se vivre sous des formes très variées. Et il ne saurait être questions d’extraire simplement cet aspect pour comprendre les tenants et aboutissants d’un thème. En effet, cette opposition prend déjà en elle-même sa place dans des signes et des maisons. Et ceux-ci vont bien entendu teinter la manière de vivre la dynamique des deux planètes. Enfin, tout le reste du thème vient apporter matière à la compréhension dont se joue cette dynamique. De quelles manières les autres astres viennent alimenter cette énergie ? Tout prend sa coloration dans le cadre du thème. Et c’est grâce à la diversité des manières d’incarner cette opposition, parce qu’elle se joue en nous, que nous contribuons collectivement à guérir les égrégores de ces énergies.

L’âme a choisi de travaillé cette thématique car cela correspond à une nécessité pour elle d’intégrer davantage cette énergie. Que cela s’inscrive dans un besoin de travailler l’ancrage, ou pour servir une finalité d’expression artistique, travailler sur des blessures de dépendance affective… cet aspect saura toucher au fond de l’être ce qu’il a besoin de mettre en avant dans cette incarnation.

Soin énergétique à s’accorder à soi même :

Vénus opposé à Neptune… Pour les porteurs de cette énergie dans leur thème, j’encourage à propulser l’inspiration en se plaçant en méditation sur ce qui suit. Ceux qui vivent simplement le transit planétaire du moment peuvent également ressentir la puissance de cette énergie en s’y connectant.

Reliance à soi, reliance à l’autre, reliance au tout cosmique. Le moi, l’autre et le Tout. Le tout ne désagrège pas le moi et l’autre ou le moi à l’autre, il permet d’accéder à ce qu’il y a de plus beau en moi et l’autre.

La conscience des mondes éthériques devient réelle et profonde. Elle se vit en contraste avec la conscience de la matière. Cela renforce aussi la conscience de notre limitation dans l’incarnation. Nous sommes dépositaires d’une douleur de vivre qui nous rappelle constamment à la Source, à l’état désincarné, où notre âme vogue sans limite dans les limbes. Cette conscience, si riche et précieuse procure une appréciation infinie de notre divine beauté et unicité d’être dans la matière. C’est le vécu de ce contraste saisissant autant que sublime qui permet l’intégration pleine de la magie de la vie incarnée.